Histoire d’une « bonne gifle », ou comment encadrer le plaisir musical dans la Rome tridentine

Share on twitter
Share on facebook
Histoire d’une « bonne gifle »
6 juin 202116h0016h30

en accès libre dans la limite des places disponibles

En janvier 1594, à Rome, la célèbre chanteuse Vittoria Archilei rend visite à Philippe Néri, fondateur de la congrégation de l’Oratoire et futur saint ; lequel l’écoute avec un plaisir évident, puis… lui assène une gifle. Ce geste apparemment paradoxal permet d’aborder la question du plaisir musical et la réception du chant féminin dans certains milieux ecclésiastiques sous un angle inédit. Du corps chantant et tentateur à la correction comme rite de passage, il invite à interroger les liens entre musique, plaisir, mémoire et possession.

Intervenants : Anne Piéjus (CNRS EHESS)

Crédit photo : Ottavio Leoni, Ritratto di gentildonna (probablement Vittoria Archilei), vers 1617, crayon noir et craie blanche sur papier bleu, 16,4 x 13,5 cm, Edimburg, Scottish National Gallery

Dans le même lieu

Découvrir aussi

S'inscrire à la lettre d’information

Le Festival de l’histoire de l’art est une opération nationale du ministère de la Culture mise en œuvre par l’Institut national d’histoire de l’art et le château de Fontainebleau