Temps, mémoire, fragment. Deux films de Vincent Guilbert

Share on twitter
Share on facebook
Temps
5 juin 202111h0013h00

En accès libre dans la limite des places disponibles

Tourné en Super 8, On devait ne jamais guérir (2020, 8’30) est inspiré d’une estampe de Tsukioka Yoshitoshi (1839-1892), l’un des derniers grands maîtres de l’estampe japonaise ukiyo-e, héritée de l’époque Edo. Le Murmure de la Pivoine (2016, 65’) suit quant à lui Akira Naka, praticien de l’art du kinbaku, le bondage japonais.

Intervenants : Dimitri Ianni (Festival Kinotayo)

Dans le même lieu

Découvrir aussi

S'inscrire à la lettre d’information

Le Festival de l’histoire de l’art est une opération nationale du ministère de la Culture mise en œuvre par l’Institut national d’histoire de l’art et le château de Fontainebleau