Audio | Les brigands de Théodore Géricault : Schiller et le peuple libre

Share on twitter
Share on facebook

Grand lecteur, Géricault admirait Schiller. Mais avait-il lu Les Brigands, la tragédie de 1781 qui reçut en France un accueil enthousiasme? C’était une protestation toute romantique contre l’ordre du monde. Les brigands y incarnaient le génie de la révolte et de la lutte contre l’oppression. Fin 1816, Géricault arrivait en Italie alors que son oncle était exilé pour avoir voté la mort de Louis XVI. À Rome, il s’intéressa à la décapitation de brigands puis à la course de chevaux libres, dont il chercha, par un tableau monumental, à symboliser la force héroïque du peuple libre.

Intervenant : Bruno Chenique (historien de l’art)

S'inscrire à la lettre d’information

Le Festival de l’histoire de l’art est une opération nationale du ministère de la Culture mise en œuvre par l’Institut national d’histoire de l’art et le château de Fontainebleau