Audio | Hilma af Klint : une abstraction venue d’ailleurs

Share on twitter
Share on facebook

Disparue en 1944, l’artiste suédoise Hilma af Klint avait donné instruction d’attendre au moins un demi-siècle avant de montrer ses œuvres au public. Dès 1907, soit quelque cinq ans avant la date retenue comme la naissance historique de l’abstraction en 1912 (les premières compositions abstraites de Kandinsky, Kupka, Picabia, Delaunay), elle a pourtant produit une série de peintures monumentales, destinées à la décoration d’un temple qui ne verra jamais le jour. Ces toiles qu’elle affirme avoir exécutées sous la dictée d’esprits angéliques constituent une énigme pour l’histoire de l’art, tant elles paraissent, par leur composition radicalement abstraite, d’une surprenante innovation formelle qui mérite d’être replacée dans l’épopée du modernisme.

Intervenant : Pascal Rousseau (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

S'inscrire à la lettre d’information

Le Festival de l’histoire de l’art est une opération nationale du ministère de la Culture mise en œuvre par l’Institut national d’histoire de l’art et le château de Fontainebleau